Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/11/2010

Eric De Keuleneer: "La politique de la Fed est inefficace"

Eric De Keuleneer, professeur à la Solvay Brussels School, évalue la décision de la Fed de faire tourner la planche à billets à hauteur de 600 milliards de dollars.

Mercredi, la banque centrale américaine (Fed) a décidé d'injecter 600 milliards de dollars supplémentaires dans le circuit financier. Le but est de donner un coup d'accélérateur à la reprise encore un peu trop molle aux Etats-Unis. La Fed achètera des obligations du Trésor sans contrepartie, ce qui revient à créer de la monnaie. « C'est un petit peu comme si on payait des salaires de fonctionnaires avec des billets qu'on imprime », explique Eric De Keuleneer.

Pour le professeur, les Etats-Unis s'engagent dans une mauvaise voie. "A long terme, cette politique est inefficace car elle provoque des bulles sur certains actifs et relance tôt ou tard l'inflation. Et quand la machine inflatoire se met en route, elle devient rapidement incontrôlable". Cette mesure de la Fed revient à traiter les symptômes et non les causes. « On ne s'attaque pas aux vrais problèmes, le manque de compétitivité industrielle et la faible consommation », poursuit le professeur.

Les Etats-Unis utilisent pleinement leur avantage lié à l'émission du billet vert. « Le système monétaire international basé sur le dollar permet aux Etats-Unis, quand ils sont en déficit, de le financer en imprimant des billets », explique Eric De Keuleneer.

Les pays émergents ont rapidement condamné cette politique néfaste pour leur économie à double titre. La première conséquence est une perte de compétitivité des entreprises étrangères par rapport aux Etats-Unis. « La Fed savait que sa politique allait faire baisser le dollar, relate Eric De Keuleneer. Par ce biais, les Etats-Unis diminuent les exportations de leurs partenaires commerciaux».

La deuxième conséquence concerne les réserves internationales. Celles-ci étant majoritairement détenues en dollar, la baisse du billet vert en diminue de facto la valeur. « Pour des pays comme l'Inde ou la Chine qui détiennent des centaines de milliards de dollars de réserves, cela constitue une perte importante », explique le professeur.

A quelques jours du G20, Eric De Keuleneer voit également dans cette politique un moyen de faire pression sur la Chine pour qu'elle réévalue sa monnaie. Au risque de relancer les dévaluations compétitives qu'on a connues dans les années trente.

Laurent Lambrecht

Les commentaires sont fermés.